Conférence de presse du GTE contre l'IN144

Le Groupement Transports et Economie (GTE) a organisé une conférence de presse faisant état de leurs arguments contre l'initiative des villes IN144.

Ces arguments sont notamment :

  • 50% de capacité routière en moins au seul profit du vélo
    La création d'aménagements cyclables partout entraînerait une baisse de la capacité routière de 25 à 50%, ce qui augmenterait les bouchons, ralentirait les transports publics et péjorerait l'économie alors même que le vélo ne représente que 5% des déplacements de la population. Cette initiative émane de l'association Actif-Trafic, reconnue pour son dogmatisme anti-voiture.
     
  • Parking: 1 place sur 4 supprimée
    La mobilité douce concerne à la fois les aménagements cyclables et les zones piétonnes. En cas d'acceptation, cette initiative forcerait le canton à autoriser la piétonisation des 200 rues piétonnes en ville. Au total, ce sont 6'000 places de stationnement sur 21'000 qui seraient supprimées en ville, dont 4'000 pour les zones piétonnes et 2'000 pour les aménagements cyclables.
     
  • Vélo: priorité absolue, même sur les transports publics
    Cette initiative vise à prioriser la mobilité douce aux carrefours au détriment de tous les autres modes de transport. Cela signifie que même les transports publics seraient ralentis et subiraient directement les conséquences de cette priorisation absolue de la mobilité douce.
     
  • Des chantiers pour rendre le trafic impossible aujourd'hui et demain
    Cette initiative impose un délai de 8 ans pour compléter l'ensemble du réseau de pistes cyclables. Ce délai est totalement irréaliste et démontre à quel point cette initiative est extrême. Le fait d'imposer un tel délai empêcherait une saine et indispensable coordination avec d'autres projets d'aménagements; c'est donc un non-sens économique et écologique. De plus, une fois les aménagements réalisés, les conditions de circulation seraient comparables à celles connues en situation de chantier.
     
  • Privilégions les itinéraires les plus confortables
    Pour améliorer la sécurité des cyclistes, il est préférable de créer des itinéraires sûrs et plus confortables sur des axes appropriés plutôt que de vouloir à tout prix et par dogmatisme créer des aménagements cyclables sur tous les axes primaires.
     
  • L'initiative des villes a également été rejetée à Lucerne
    Cette initiative extrême et déraisonnable a été rejetée par le Grand Conseil genevois ainsi que par le peuple lucernois.
     
  • 70% du réseau routier est déjà équipé d'aménagements cyclables
    Pourquoi une loi contraignante pour réaliser les 30% restants?
    Le plan directeur pour la mobilité douce est déà adopté par le Conseil d'Etat. Il n'y a aucune nécessité d'introduire une loi contraignante et extrême, fermant la porte à toute négociation. Le réseau cantonal est en effet déjà équipé de plus de 410 km d'aménagements cyclables et il ne manque plus que 170 km supplémentaires pour compléter le réseau à la convenance des usagers cyclistes. Ainsi, 70% du réseau cantonal est déjà équipé d'aménagements cyclables. La mobilité à Genève doit être planifiée dans un esprit de complémentarité entre chaque mode de transports, sans placer la mobilité douce au-dessus de tous les autres modes.

C'est pourquoi la FAC invite ses membres à rejeter l'IN 144 le 15 mai 2011.

Vous trouverez le dossier de presse complet ainsi que les diverses affiches en cliquant sur l'image ci-dessus.

Posted on April 19, 2011 .